Concours de traduction

Concours de traduction

Un concours de traduction ouvert à tous les participants s’est tenu dans le cadre du séminaire « On traduit à Québec ». Celui-ci proposait deux textes, l’un à traduire en français et l’autre en anglais. On soumettait une traduction dans un sens ou dans l’autre, ou dans les deux, et les formateurs faisaient office de jury.

Les participants ont répondu nombreux à notre appel et nous les en remercions vivement. Nous avons reçu des textes de très grande qualité et les formateurs ont mis plusieurs semaines à les comparer soigneusement, dans certains cas jusqu’à l’infinie nuance. Ce processus à l’aveugle a permis de couronner deux lauréates que nous avons le plaisir de vous présenter.


Volet français

photo de M-J BélangerLauréate : Marie-Josée Bélanger, traductrice indépendante, Québec

Voilà maintenant trois fois que Mme Bélanger participe à ce concours et trois fois qu’elle en est la grande gagnante. Toutes nos félicitations à cette traductrice hors pair!

Le comité organisateur tient également à saluer le travail de M. Frédéric Demers, traducteur agréé-réviseur de Québec, de Mme Lise Lessard, traductrice agréée de Sherbrooke, et de M. Adrien del Castillo, traducteur de New York. L’excellence des textes soumis a rendu nettement compliqué le choix d’un gagnant.

Voici le texte que Mme Bélanger avait à traduire ainsi que la version française qu’elle a proposée :

 

The Cost of a Hot Economy in California:
A Severe Housing Crisis
Le prix d’une économie en effervescence en Californie : une grave crise du logement
SACRAMENTO — A full-fledged housing crisis has gripped California, marked by a severe lack of affordable homes and apartments for middle-class families. The median cost of a home here is now a staggering $500,000, twice the national cost. Homelessness is surging across the state. SACRAMENTO — La Californie est en proie à une grave crise du logement qui prive les ménages de la classe moyenne de maisons et d’appartements à prix abordable. Le prix médian des maisons dans le Golden State atteint 500 000 $US, le double du niveau national. Sur tout le territoire, l’itinérance explose.
In Los Angeles, booming with construction and signs of prosperity, some people have given up on finding a place and have moved into vans with makeshift kitchens, hidden away in quiet neighborhoods. In Silicon Valley — an international symbol of wealth and technology — lines of parked recreational vehicles are a daily testimony to the challenges of finding an affordable place to call home. Los Angeles, l’opulente, grouille de chantiers. Certains doivent pourtant se résoudre à y vivre dans des fourgonnettes, équipées de cuisines de fortune, qu’ils dissimulent dans des quartiers tranquilles. Dans la Silicon Valley, Mecque des technopôles et autre symbole mondial de richesse, les véhicules récréatifs qui bordent les routes sont autant de témoins de la difficulté de se loger à prix raisonnable.
Heather Lile, a nurse who makes $180,000 a year, commutes two hours from her home in Manteca to the San Francisco hospital where she works, 80 miles away. “I make really good money and it’s frustrating to me that I can’t afford to live close to my job,” said Ms. Lile. Infirmière, Heather Lile gagne 180 000 $US par année. Elle habite à Manteca, à deux heures de route de l’hôpital de San Francisco où elle travaille. « Malgré mon excellent salaire, je n’ai pas les moyens de me rapprocher de mon travail. C’est frustrant. »
The extreme rise in housing costs has emerged as a threat to the state’s future economy and its quality of life. It has pushed the debate over housing to the center of state and local politics, fueling a resurgent rent control movement and the growth of neighborhood “Yes in My Back Yard” organizations, battling long-established neighborhood groups and local elected officials as they demand an end to strict zoning and planning regulations. La flambée du coût du logement menace l’avenir économique de l’État et la qualité de vie de sa population. Elle a propulsé le sujet sur le devant de la scène politique, californienne comme locale, faisant renaître un mouvement de contrôle des loyers et proliférer les groupes favorables à la construction résidentielle. Ceux-ci, en lutte contre des élus municipaux et des associations de quartier bien établies, réclament l’assouplissement des règlements de zonage et d’urbanisme.
Now here in Sacramento, lawmakers are considering extraordinary legislation to, in effect, crack down on communities that have, in their view, systematically delayed or derailed housing construction proposals, often at the behest of local neighborhood groups. The bill was passed by the Senate last month and could be acted on as soon as this week. Dans la capitale, des législateurs envisagent des mesures extraordinaires pour faire cesser l’obstruction de municipalités qui, jugent-ils, font systématiquement piétiner ou dérailler des projets résidentiels, souvent sous l’impulsion de groupes locaux. Leur projet de loi a été adopté au Sénat en juin et pourrait franchir d’autres étapes dès cette semaine.


Volet anglais

Mme LemelinLauréate : Sylvie Lemelin, traductrice, gouvernement du Québec, Tribunal administratif du travail

D’origine à la fois anglophone et francophone, Mme Lemelin a la particularité de traduire dans les deux sens. Elle travaille depuis maintenant 16 ans comme traductrice au gouvernement du Québec et compte plus de 23 ans de métier.

Le comité organisateur tient également à saluer le travail de Mme Elise Pineda, traductrice de Toronto. L’excellence des textes soumis a nettement compliqué le choix d’un gagnant.

Voici le texte que Mme Lemelin avait à traduire ainsi que la version anglaise qu’elle a proposée :

Des espaces distinctifs, une architecture originale pour chacun Sophisticated design and distinctive locations
Le 20 côte de la Fabrique 20, côte de la Fabrique
Ce magasin avec son cachet à l’européenne, abrite aussi tous les bureaux du siège social et offre aux visiteurs le charme exceptionnel du Vieux-Québec. Les vieux murs imprégnés d’histoire donnent à cet espace de 15 mille pieds carrés, une ambiance exceptionnelle que les fidèles clients de la ville apprécient tout autant que les touristes du monde entier qui y passent chaque année. L’expansion de l’entreprise a donné lieu à un premier agrandissement dans les années 1980. Toujours dans la foulée du développement et dans une volonté indéfectible de participer à la croissance de la ville de Québec, joyau du patrimoine mondial, la maison mère est présentement en cours d’agrandissement et devrait offrir d’ici bientôt, un espace spacieux où la mode tiendra une place de premier choix. At the very heart of charming Old Quebec, Simons’s flagship store also houses the corporate head office. Its historic stone walls lend European style and sophistication to the 15,000 square foot floor space. The store was first expanded in the 1980s and has undergone continuous development, honouring its long-standing commitment to partake in the World Heritage city’s success. Construction work is currently under way, expanding and revamping this fashion destination for locals and tourists from the world over.
Le magasin du 977 rue Sainte-Catherine au centre-ville de Montréal 977, rue Sainte-Catherine
C’est le magasin qui ouvre le passage à une nouvelle génération et entraîne Simons vers de tout nouveaux horizons à l’aube de l’an 2000. La rénovation de cet espace qui abritait le grand magasin Simpson’s, transforme le lieu en deux vastes étages totalisant une surface de 80 mille pieds carrés. Le fameux concept organisationnel qui a fait la renommée de Simons séduit un nouveau public. Quand le magasin ouvre ses portes en mars 1999, la clientèle reconnaît encore une fois le mariage original et distinctif de l’art et la mode. La spectaculaire œuvre mobile «Solstices» conçue par le peintre Guido Molinari, artiste marquant de l’École de géométrie abstraite du Québec, impressionne par ses proportions monumentales. Suspendues en plein centre du magasin comme un kaléidoscope géant, les branches de verre diffusent une lumière vive et racontent l’histoire des saisons dans leur mouvement perpétuel. This store, located in downtown Montreal, epitomizes the transition to a new generation and brings Simons to a whole new level at the dawn of a new millennium. Formerly occupied by Simpson’s, the two vast floors, totalling 80,000 square feet, were upgraded and redesigned. An entirely new clientele has been charmed by the corporate culture behind Simons’s success. The store opened its doors in March 1999, showcasing the Simons trademark combination of art and design. A gigantic kaleidoscope graces the store’s atrium, its glass panels reflecting bright lights and paying tribute to the wondrous natural cycle of the seasons. “Solstices” is a monumental mobile sculpture designed by renowned painter Guido Molinari, a pioneer of geometric abstraction.