Accueil

Il y a urgence. L’intelligence artificielle fait faire des bonds prodigieux à la traduction automatique. Plus que jamais, traduire machinalement, c’est courir le risque de se faire remplacer par une machine.

Pour tirer son épingle du jeu, il faut renforcer sa valeur ajoutée : la nuance qui s’exprime avec finesse… le référent culturel qui trouve habilement son équivalent… le naturel et la simplicité du style…

Une formation axée sur le marché d’excellence

Nous vous invitons à une formation de deux jours et demi sur la traduction de l’anglais au français et du français à l’anglais, animée par une brochette de professionnels renommés. Nous y discuterons de techniques pour rendre les textes d’arrivée plus limpides et plus agréables à lire. Nous vous enseignerons des stratégies pour réaliser des traductions plus idiomatiques en français ou en anglais. Et vous acquerrez des compétences qui vous aideront à viser le marché d’excellence et à fidéliser votre clientèle.

Deux volets

Le séminaire comporte un volet français-anglais et un volet anglais-français. Vous pouvez cependant, si vous le voulez, butiner de l’un à l’autre. Les ateliers porteront sur des domaines variés, allant des textes financiers et de la rédaction commerciale à la traduction littéraire, en passant par l’adaptation publicitaire.

Un cachet international

On traduit à Québec, c’est l’occasion de côtoyer d’éminents formateurs du monde de la traduction. Pour le volet anglais-français, citons François Lavallée (Québec), fondateur de Magistrad et auteur du livre Le traducteur averti; Dominique Jonkers (Belgique), traducteur économique et financier réputé; Marc Lambert, traducteur-réviseur à CPA Canada; et Marie-Christine Gingras, traductrice indépendante et formatrice de Magistrad. Animeront le volet français-anglais : Chris Durban, traductrice financière renommée (Paris); Ros Schwartz, traductrice littéraire du Royaume-Uni, qui compte plus de soixante-dix titres à son actif; Grant Hamilton (Québec), lauréat 2009 du prix Alicia-Gordon de l’ATA pour la créativité en traduction; et enfin David Warriner, traducteur d’origine britannique maintenant aux commandes d’une entreprise en plein essor en Colombie-Britannique.

Une destination exceptionnelle

L’hôtel du séminaire se situe au cœur de Québec, à un jet de pierre de la vieille ville fortifiée et des célèbres plaines d’Abraham. Les lecteurs du magazine Travel+Leisure ont élu Québec « meilleure destination au Canada » en 2016. Québec s’est également vu décerner le titre de ville culturelle de l’année lors du gala des prix Leading Culture Destinations. En 2015, elle figurait au palmarès des vingt destinations gastronomiques du monde du magazine Conde Nast Traveler.